Valéry Bonneau dans son essai publié aux Éditions NL Les sous-hommes connectés nous rappelle à juste titre combien les objets connectés à l'Internet vont prendre de plus en plus de place dans notre quotidien dans le courant de la prochaine décennie. Tout ou presque sera connecté ! Même à l'heure de l'apéro. Depuis la mi-juillet, l'entreprise Pernod Ricard teste à Paris, dans son bar éphémère, des verres connectés, qui permettent au client de commander via une application installée dans leur téléphone intelligent leur cocktail préféré et ce afin d'éviter l'attente...

Si l'essai est concluant, l'entreprise a bien l'intention de démocratiser le plus largement possible ce concept qu'elle a baptisé "la convivialité connectée". Donc, voilà même pour l'apéro, on a plus le temps d'attendre, mais surtout toutes ces initiatives qui sont censées nous faciliter la vie vont nous obliger encore et toujours à rester connectés et seront l'occasion une fois de plus de collecter toujours plus de données personnelles. Et Valéry Bonneau, en préambule de son essai, se pose la question : ces objets qui vont nous apporter tant, que vont-ils nous prendre ? Quel est le prix à payer en échange de leur aide ? 

À lire Les sous-hommes connectés de Valéry Bonneau, en dégustant votre cocktail préféré en cliquant ci-dessous (disponible au format papier ou numérique).